Entourer le patient, Encercler la maladie

© Cnrs photothèque Fresillon Cyril

©Mairie de Toulouse Fredéric Maligne

©Cnrs photothèque Perrin Emmanuel

La recherche translationnelle
DE LA DECOUVERTE A L’APPLICATION THERAPEUTIQUE

Pour permettre le lien entre la recherche fondamentale et l’application au lit du malade, il faut développer la recherche translationnelle (ou de transfert) qui place le patient au centre du processus de recherche. Elle transforme les découvertes scientifiques, issues des laboratoires, de la clinique ou des études épidémiologiques, en applications cliniques.

Objectifs

Réduire l’incidence, la morbidité ou la mortalité des cancers. La recherche translationnelle oblige à une grande coopération entre chercheurs et cliniciens. Il faut donc être en capacité de traduire, le plus rapidement possible, les découvertes en bénéfices tangibles pour les patients tout en considérant leur qualité de vie. La présence sur le site de l’Oncopole d’un établissement de santé auquel est adossé un établissement de recherche permettra d’optimiser ces relations interdisciplinaires et de répondre aux enjeux médico-scientifiques actuels. 

IUCT Oncopole – CRCT, des axes de recherche partagés.

Les médecins de l’IUCT-Oncopole, à la fois cliniciens et chercheurs pour un grand nombre d’entre eux, partagent avec les équipes du Centre de Recherche sur le Cancer de Toulouse quatre axes stratégiques de recherche :

  • L’hématologie oncologique : étude des pathologies cancéreuses mais aussi de problèmes hématologiques  incluant l’anémie, les problèmes de coagulation et les cancers hématologiques
  • La gynécologie et la sénologie : science des organes génitaux de la femme et des maladies qui leur sont propres. La sénologie est la spécialité des affections liées au sein.
  • Les mélanomes : cancers de la peau
  • Les cancers digestifs

Les allers-retours entre observation clinique et recherche fondamentale en vue d'un transfert thérapeutique plus rapide vers le patient sont favorisés par la proximité géographique des deux établissements.

La personnalisation des soins : un axe fort de l’innovation thérapeutique

La personnalisation des soins est une voie d’avenir. Nous savons aujourd’hui que chaque lésion tumorale a ses propres caractéristiques biologiques. L’objectif de la recherche est d’apporter, pour chaque patient, une réponse thérapeutique spécifique, en fonction du profil génomique de la tumeur, et ciblée, pour circonscrire les effets des thérapies aux tumeurs uniquement. Dans ce même registre, la détection des prédispositions, la mise en place de stratégies préventives adaptées et la compréhension des résistances aux traitements sont à développer. Les premiers résultats sont là, beaucoup de travail reste à accomplir.
Autre enjeu d'avenir sur lequel l'Oncopole se positionne activement : la réduction des inégalités face aux cancers. Cette démarche nécessite d'identifier les facteurs socioculturels et économiques qui influencent l’efficacité de la prévention, l’accès au diagnostic précoce, l’accès aux soins de qualité et la survie des patients atteints de cancer.

 

 

La présence sur le site de l’Oncopole d’un établissement de soin, d’un centre de recherche et d’industriels de la pharmacie encouragera et favorisera l’interdisciplinarité, la pluridisciplinarité et les collaborations. Objectif : accélérer les transferts de la recherche vers de nouvelles applications diagnostiques et thérapeutiques. 

 

 

Entre hypothèse et validation thérapeutique : la recherche clinique

L’Unité de Recherche Clinique, localisée au sein de l’IUCT-Oncopole, mutualise les savoir-faire, moyens humains, méthodologiques et techniques du CHU de Toulouse et de l'Institut Claudius Regaud. La recherche clinique est l'assurance de mener les recherches, les progrès diagnostiques et thérapeutiques plus loin et plus vite auprès du patient. Dirigée par un médecin cancérologue, sa mission première est la mise en place d’essais cliniques de façon à valider la tolérance et l’efficacité de nouveaux traitements. L’IUCT-Oncopole fait partie des rares établissements français habilités à réaliser des essais « précoces », avec inclusion d’un petit nombre de patients.

 

Témoignage

« La recherche que je fais, en un mot, est basée sur les observations de ma pratique médicale »

Elisabeth Moyal, Oncologue, radiothérapeute