Entourer le patient, Encercler la maladie

ETaC : Unité de Pharmacochimie de la régulation Epigénétique du cancer

CNRS - Laboratoires Pierre Fabre Centre de Recherche & Développement Dirigée par Paola B. Arimondo, USR 3388, Centre de Recherche & Développement Pierre Fabre, secdir@etac.cnrs.fr, 05 34 50 62 07

En bref

Les modifications épigénétiques de l’ADN : une approche intéressante en thérapie

L’épigénétique ou comment réguler l’accès à l’information génétique : une nouvelle voie de recherche contre le cancer

Dans la cellule, un noyau. Dans ce noyau, la séquence d’ADN (acide désoxyribonucléique) porteuse de l’ensemble des informations qui lui sont nécessaires pour synthétiser ses composants et ses acteurs.

Un même individu possède, dans chacune de ses cellules, le même patrimoine génétique et donc, la même séquence ADN. En fonction de leur rôle, certaines cellules n’utiliseront qu’une partie de l’information.

Ainsi, par exemple, une cellule du foie utilisera une certaine partie de cette information et celle du cerveau une autre. Les modifications dites « épigénétiques » sont impliquées dans cette régulation, c'est-à-dire dans le fait qu’une partie sera lue ou non.

L’épigénétique désigne en particulier les modifications chimiques de l’ADN et autour de l’ADN, qui sont réversibles et transmissibles mais qui n’affectent pas la séquence de l’ADN et donc l’information de la cellule.

 

Témoignage

« Ces changements épigénétiques sont impliqués dans tous les processus biologiques, même dans les maladies telles que le cancer. Comme ils sont réversibles, ils peuvent devenir des approches intéressantes en thérapie. Dans certains cas, l'information nécessaire à la cellule est présent, vous avez juste à le rendre disponible.»

Paola B. Arimondo,
USR 3388 Directeur de recherche, Centre Pierre Fabre pour la recherche et le développement