Entourer le patient, Encercler la maladie

7 cancers sur 10 seraient dus à nos modes de vie !

Changer nos modes de vie ? Facile à dire ! On sait bien qu'à long terme, certains de nos comportements peuvent augmenter les risques de cancer. Nous devons agir pour réduire ces risques mais, peut-on tout contrôler? Il existe des facteurs sociaux, culturels et environnementaux forts qui conditionnent nos comportements. Nous ne sommes pas tous égaux devant la santé ! Alors dans quelle mesure pouvons-nous choisir ?

Perception du risque

Education, culture, expérience personnelle... Chacun à sa propre perception du risque du cancer. Cette perception donne parfois naissance à des idées reçues, fausses la plupart du temps.
Soyons curieux !
S'informer suffisamment permet de mieux évaluer les risques, de modifier sa perception, de faire des choix en conscience. Mais on ne peut  pas disposer de tous les éléments permettant de décider, même les experts n'ont pas toutes les réponses ...

Cancer et tabagisme

Sommes-nous vraiment libres devant le tabac ?

  • Le tabac, un produit toxique !
    Il provoque le cancer du poumon, première cause de mortalité évitable en France. Mais ses nuisances ne s'arrêtent pas là. Il favorise l'apparition d'autres cancers : gorge, bouche, vessie, etc.  Il dégrade la santé en général.
  • Le tabac est le facteur de risque le mieux reconnu,  mais c'est celui dont on a le plus de mal à se défaire. Comment prendre conscience du danger alors que le cancer apparait le plus souvent de 20 à 50 ans après le début du tabagisme?  Le tabac est si présent dans notre vie sociale qu'il est très difficile de ne pas commencer à fumer, ou de se décider à arrêter!
  • Les bénéfices de l’arrête du tabac :
    Les premières améliorations s'observent dès les 20 minutes après l'arrêt du tabac.
    L'état de santé d'une personne ayant arrêté de fumer rejoint celle n'ayant jamais fumé au bout d'une quinzaine d'années :
    - 20 minutes après la dernière cigarette, la fréquence cardiaque redevient normale
    - En 24 heures : les risques d'infarctus du myocarde commencent à diminuer, le monoxyde de carbone est éliminé et n'est plus détectable dans le corps.
    - Deux jours après, on ne retrouve plus de nicotine dans le sang.
    - 2 semaines après, le gout des aliments revient et la peau reprend une couleur plus claire.
    - 3 à 9 mois après, la respiration s’améliore.
    - 1 année après les risques de maladie cardiovasculaires sont réduits de moitié
    - 5 ans après : le risque d'accident vasculaire est réduit de moitié, le risque de cancer de la bouche, de l'œsophage et de la vessie est également diminué de 50%, le risque d'infarctus est égal à ceux qui ne fument pas.
    - 10 ans après : le risque de cancer du poumon est réduit de moitié environ, le risque d'accident vasculaire cérébral rejoint le niveau de risque des non-fumeurs.
    - 15 ans après : le risque de maladies cardiovasculaire est égal à celui des non-fumeurs. 

Cancer et alimentation

L’aliment "magique" anti-cancer n'existe pas !
Par contre, des études montrent que des aliments, comme les fruits et légumes, seraient capables de prévenir cette maladie. Il s'agit d'un effet préventif, visible seulement au bout de plusieurs années. De nombreuses recherches se poursuivent dans ce domaine. Une chose est sûre : une alimentation riche en fruits et légumes est bénéfique pour notre santé !

Consultez aussi Les 10 recommandations du rapport WCFR

Cancer et environnement

Quel impact a notre environnement sur l’incidence du cancer ?

  • Au soleil : plus de la moitié des cancers de la peau sont liés à une surexposition aux rayons du soleil. À trop forte dose, les rayons ultraviolets du soleil causent des dommages irréversibles. Les expositions prolongées et répétées présentent des risques pour la peau et les yeux. À plus long terme, elles provoquent des cancers. Les enfants sont les plus fragiles, il faut absolument les protéger !
    La prévention est simple : faire un usage raisonnable du soleil,  éviter de s'exposer aux heures les plus chaudes, utiliser des crèmes solaires efficaces, porter tee-shirt, lunette et chapeau.
  • Au travail : Les cancers d’origine professionnelle représentent environ 10 000 cas par an en France. Environ 10 % des salariés sont exposés à des substances aujourd'hui classées cancérigènes.
    Des lois existent pour nous protéger,  respectons-les ! Certaines substances sont interdites.  La réglementation française impose aux entreprises de substituer tout produit cancérigène par un produit moins dangereux. Si ce n'est pas possible, l’entreprise doit prendre toutes les dispositions pour réduire au maximum les expositions.
    PDF à télécharger : « 2b3. cancers professionels et prévention» 

 

  • La pollution : elle serait responsable d'une part non négligeable de cancers. Les effets sur la santé des contaminants présents dans l’air et dans l’eau sont encore mal connus, notamment en ce qui concerne l’exposition répétée à de faibles doses. La part de cancers liée à cette pollution serait non négligeable.
    Qu'est-ce que je peux faire ?
    Utilisez à bon escient les produits domestiques, respectez les précautions d’usage, favorisez les produits biodégradables, aérez régulièrement toutes les pièces. Ne jetez pas vos déchets n'importe où, pensez au recyclage !